Baudelaire

Fleurs du mal Baudelaire

.

« Malgré les secours que quelques cuistres célèbres ont apportés à la sottise naturelle de l’homme, je n’aurais jamais cru que notre patrie pût marcher avec une telle vélocité dans la voie du progrès. Ce monde a acquis une épaisseur de vulgarité qui donne au mépris de l’homme spirituel la violence d’une passion. « 

Charles Baudelaire. Projet de préface aux Fleurs du mal.

.

« Il ne peut y avoir de progrès (vrai, c’est à dire moral) que dans l’individu et par l’individu lui-même. »

Charles Baudelaire. Mon coeur mis à nu.

Laisser un commentaire